Abus sexuels dans l’Église : quatre réunions diocésaines après le rapport Sauvé

Après deux ans et demi de travaux, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE), présidée par Jean-Marc Sauvé, a remis mardi 5 octobre 2021 les conclusions de son rapport à Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF), et Sœur Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF). Ce travail de fond sur les abus sexuels commis depuis 1950 dans l’Église a suscité de nombreuses réactions. Pour échanger sur ce sujet, des paroisses ont, très tôt après la publication du document, organisé des rencontres. Puis, du 22 novembre au 15 décembre, le diocèse a organisé quatre réunions publiques, à Râches, Maubeuge, Cambrai et Raismes, auxquelles notre évêque a participé. Face à des salles souvent bien remplies, Monseigneur Dollmann est revenu sur cette semaine vécue à Lourdes un mois après le rapport Sauvé. Le vendredi 5 novembre, les évêques ont reconnu la responsabilité institutionnelle de l’Église dans ces violences, avant d’observer, le lendemain, un temps mémoriel et un temps pénitentiel préparés avec des personnes victimes.

Des actions à venir

Au-delà du choc des chiffres, les réunions organisées dans le diocèse ont soulevé de nombreuses questions lors des quatre rencontres : indemnisation des victimes, secret de la confession, gouvernance au sein de l’Église, place des laïcs… Monseigneur Dollmann a rappelé ce que le diocèse et la province (Lille-Arras-Cambrai) avaient mis en place pour lutter contre ces abus : cellule d’accueil en partenariat avec l’Unité régionale de soins spécialisée pour les auteurs de violences sexuelles du CHR de Lille (*),  formation créée par des services diocésains, journées consacrées aux abus sexuels dans l’Église avec un procureur de la République, un psychiatre, un vicaire général voisin ou un évêque… Il a, en outre, annoncé d’autres actions destinées à renforcer cette lutte : développement des sessions EARS (éducation affective relationnelle et sexuelle) dans les établissements scolaires, signature prochaine d’un protocole avec les parquets et les procureurs des quatre arrondissements,  renforcement de la cellule d’écoute.

 

(*) https://www.cathocambrai.com/cellule-accueil-victimes.html

Article publié par Service communication • Publié le Mercredi 22 décembre 2021 • 113 visites

keyboard_arrow_up