François Dufour, la sculpture sur bois chevillée au corps

Ce sculpteur installé près du Quesnoy façonne avec talent les personnages de la crèche à partir d'un bois venu de la forêt Mormal. Il nous emmène, le temps d'une visite, sur les pas de son saint patron, François d'Assise.

Cela ressemble à un clin d'oeil : cette année, la première crèche réalisée par saint François d'Assise dans une grotte de Greccio (Italie) fête ses 800 ans. Pendant ce temps, à 1500 km de là, dans l'atelier en briques implanté au beau milieu de sa propriété, à Neuville-en-Avesnois, François Dufour, blouse bleue de travail sur le dos, bichonne ses oeuvres. D'impressionnantes sculptures en bois singulières d'environ 1,5 m de hauteur qui représentent toutes les personnages et animaux de la crèche.

Objectif : remédier aux petits défauts créés par le temps (c'est que le bois travaille !) sur ses ouvrages d'art. "J'ai sculpté Joseph et la sainte Vierge il y a deux ans, mais il y a quelques retouches à faire", précise le septuagénaire qui prépare les portes ouvertes des Ateliers d'artistes qui auront lieu en octobre. Toutes ses créations - réalisées entre novembre et mars chaque année avant d'être stockées pour le séchage - demandent à la fois un grand travail de précision et de réflexion.

Après le chemin de croix de l'église

L'ancien prof de dessin (il a enseigné à Laon) et formateur aux Houillères à Valenciennes prépare minutieusement son travail : esquisse au crayon, modèle en terre cuite, puis réalisation définitive à partir de bois venu de la forêt Mormal. "Mais ce qui m'importe, c'est la mise en scène, poursuit l'artiste, qui avait débuté par créer son saint patron Joseph. Il n'y a pas mieux qu'une crèche pour raconter quelque chose. Je veux la représenter avec gaieté pour qu'elle interpelle".

Joseph, Marie, Jésus dans sa mangeoire, l'âne, le boeuf... et le berger, encore en préparation côtoieront dans son atelier d'autres personnages "laïcs" sculptés dans le même bois, dont de magnifiques mangeurs de cornets de glaces. 

François Dufour n'est pas un inconnu dans le village : d'un pas alerte, il nous emmène à 300 mètres de chez lui, à l'église Sainte-Elisabeth-de-Hongrie où il a réalisé un chemin de croix en terre cuite.

Toutes les stations ornent les murs de cette belle bâtisse qui vécut le 16 avril 2000 une grande fête lorsque l'abbé Meignotte, à l'époque curé de la paroisse, bénit cette belle oeuvre d'art. Vingt-trois ans plus tard, une autre oeuvre, en bois celle-là, s'achève. 

Samuel Petit

Article publié par Service communication • Publié le Vendredi 22 septembre 2023 • 877 visites

keyboard_arrow_up