Dans les coulisses des retransmissions

Dossier "Grand Angle" paru dans le numéro d’Église de Cambrai de mai 2021

Le dimanche entre les fêtes de l’Ascension et de la Pentecôte est dans l’Église la journée mondiale des communications sociales. En 2021, c’est le 16 mai.

Le thème donné par le pape François pour cette 55ème journée :

« Viens et vois » (Jn 1,46). Communiquer en rencontrant les personnes où et comme elles sont.

 

Il y a plusieurs années, le service Chrétiens MultiMédias filmait les grandes célébrations diocésaines et diffusait les images sur des téléviseurs placés aux pieds des piliers de la cathédrale.

Avec l’avènement d’Internet, cette diffusion s’est élargie par une retransmission en direct sur le site diocésain. Le premier évènement qui en a bénéficié, fut le lancement des orientations diocésaines par Mgr Garnier le 8 janvier 2006 au palais des grottes de Cambrai. Depuis, ce service a bénéficié de l’évolution des matériels de diffusion et de la croissance des capacités des réseaux Internet. L’agence de communication Keeo, qui a conçu et réalisé le site cathocambrai, a beaucoup œuvré pour rendre ces retransmissions possibles et plus performantes.

 

1 h 30 de direct demande plusieurs journées de travail.

Quelles sont les coulisses d’une retransmission ?

 

Préparation

La retransmission d’un évènement commence par le repérage des lieux où l’évènement va se dérouler, mais aussi en fonction du type : ordination, messe chrismale, célébration « simple », veillée, concert, pièce de théâtre, table-ronde… Il est important de trouver les meilleurs angles de vue pour filmer sans gêner les participants ni les différents acteurs.

Ce repérage visuel est complété par un inventaire plus « terre à terre » des prises de courant : sans électricité, pas de diffusion ! En plus de l’électricité, une connexion Internet est nécessaire. Peu d’églises sont équipées d’une box, or la qualité et la stabilité du réseau sont primordiales pour que l’émission de la vidéo soit fluide et sa réception agréable. Nous cherchons donc comment établir le meilleur réseau internet.

Si dans une vidéo, l’image est importante, le son ne l’est pas moins. Là aussi, selon les évènements, les lieux et leurs sonos, nous devons déterminer comment capter le meilleur son possible. Dans les églises, ce n’est pas toujours facile.

Enfin, toutes les caméras et les écrans télé seront reliées à une régie qui doit être installée dans un lieu discret. Il faut donc trouver l’endroit le plus opportun : sacristie, couloir, lieu de rangement, chapelle latérale…

Tous ces repérages accomplis, un plan d’installation du lieu est réalisé avec les emplacements des différents éléments et les passages de câbles.

 

Installation

La retransmission d’un évènement nécessite le transport de beaucoup de matériel. Pour cela, le service communication bénéficie de l’aide précieuse de Michel (diacre) et Monique Chombart qui prêtent le camion de leur entreprise « La ferme de l’église » à Marly.

L’installation du matériel prend plusieurs heures. Il faut monter la régie, tirer de nombreux câbles, placer des micros et des supports pour les écrans télé, installer les caméras en hauteur…

Le montage du matériel et le câblage réalisés, commence une phase de tests. Nous vérifions que la régie reçoit les images de chacune des caméras, et aussi que dans l’église, les écrans télé les diffusent. Le réglage du son est toujours délicat, car sensible aux bruits. Et dernier test, la diffusion sur internet pour contrôler en réel la qualité de la connexion.

Quand « tout marche », nous entrons dans la phase de sécurisation des passages de câbles pour éviter les risques de chute pour les fidèles.

 

La retransmission

Au cœur d’une retransmission : la régie. Ou plutôt les régies : l’image et le son.

La table de mixage vidéo permet de visualiser les images envoyées par chacune des caméras et de sélectionner la meilleure.  Des incrustations (sous-titres, logo… ) peuvent être superposées à l’image finale.

La régie vidéo doit gérer les images de l’action en cours et anticiper celles de l’action à venir. Le monteur communique avec les cameramen par talkies pour indiquer qui est à l’écran, s’il faut élargir un plan ou zoomer, préparer le plan suivant…  La régie son mixe les différentes sources de son. La vidéo résultante est envoyée sur le site du diocèse via un ordinateur. 

 

Une équipe

Quelle que soit la durée de l’évènement à retransmettre, les travaux de préparation, d’installation, de rangement, prennent plusieurs heures à plusieurs personnes. C’est donc toute une équipe de bénévoles des quatre coins du diocèse qui se retrouve pour permettre une diffusion. Tout le monde participe à l’installation et au rangement et juste avant la retransmission chacun reçoit son rôle : caméra, régie, reportage photos, animation réseaux sociaux… C’est sur le travail d’une douzaine de personnes que repose chaque retransmission.

 

Facebook

Il y a un an, notre pays vivait un confinement total. Plusieurs paroisses ont mis en place la retransmission de messes en direct via le réseau social Facebook. Un smartphone permet de réaliser des prestations de qualité.

En septembre 2020, les restrictions sanitaires au sujet des regroupements de foules n’ont pas permis que soit vécu le tour du Saint Cordon à Valenciennes. La statue de Notre-Dame du Saint-Cordon a ainsi fait son tour de 15 kms sur une plateforme motorisée suivie par un véhicule depuis lequel la pérégrination était filmée en direct. Malgré le déplacement permanent, la diffusion a été ininterrompue, traçant un cordon virtuel autour de la ville. 

 

Conclusion

La magie du direct permet d’élargir les assemblées. Les prêtres âgés de la maison Saint-Jean-Marie-Vianney, les carmélites de Saint-Saulve, des diocésains expatriés, des membres éloignés des familles, des personnes malades ou ne pouvant se déplacer… peuvent suivre l’évènement en communion avec les présents. Pour reprendre les terminologies apparues depuis un an, l’évènement est ainsi vécu en présentiel et en distanciel. Et le site en gardera la mémoire ; revoir le différé sera possible à tout moment.

Comme pour beaucoup d’activités de l’Église, le service de retransmission, et plus largement de la communication, repose sur le travail humble et caché de nombreux laïcs bénévoles. Travail de communication de quelques-uns au service de la communion de tous.

Qu’ils agissent pour le site, les journaux paroissiaux, les feuilles dominicales, les retransmissions, l’animation des réseaux sociaux… qu’ils en soient vivement remerciés et bénis. La journée mondiale des communications sera l’occasion de prier pour eux et pour que la Bonne Nouvelle du salut soit diffusée toujours plus largement.

 

 

            L'équipe du Service

Article publié par Service communication • Publié le Jeudi 17 mars 2022 - 11h21 • 463 visites

keyboard_arrow_up