Démarche Kerygma à Lourdes : retour des participants

Témoignage d’une participante de la délégation du diocèse de Cambrai

Du 20 au 23 octobre 2023 avait lieu la deuxième phase de la démarche Kerygma avec un grand rassemblement autour cet appel de Jésus Christ : « A vous d’en être les témoins » (Lc 24, 48). Le diocèse de Cambrai a envoyé une délégation de 15 personnes pour ensemble prier, réfléchir, échanger, tisser des liens, envisager l’avenir.

De retour, voici le témoignage d’une participante de la délégation du diocèse :

Je suis venue  à Lourdes sans vraiment savoir si j'y avais ma place avant d'en avoir parlé avec le Père Mathieu : le kérygme était pour moi encore un peu mystérieux et je n'appartenais pas à la catéchèse mais à la Pastorale Santé qui me semblait moins concernée par le kérygme. Mais, m'y voici, et j'ai vraiment apprécié ces trois jours forts de découverte du kérygme.

Le professeur Portier a su mettre des mots sur la situation actuelle du catholicisme, et positivement a ouvert une porte sur une nouvelle évangélisation qui laisse voir un christianisme source de fécondité : cela fait écho en moi à toutes ces petites choses que nous avons mises en place à la Paroisse  sur Cambrai : participation au congrès mission, mise en place des petites fraternités, le parcours F.O.R.M.E. etc…

Si j'avais oublié "mes classiques", j'ai maintenant bien retenu que le Kérygme c'est : "Jésus Christ est mort et ressuscité pour nous sauver". Mais, ce que je sais surtout au fond de mon coeur, c’est que je suis aimée de Dieu depuis toujours et pour toujours et qu'Il m'accompagne dans les joies et les difficultés (y compris la mort). Il représente tout le plan divin du salut pour moi.

Raconter et annoncer Jésus, c'est un peu le rencontrer et cela a bien sur un lien avec la Pastorale Santé.

Mgr Bustillo a su merveilleusement bien nous dire comment vivre en disciples-missionnaires, "sans arrogance et sans complexe ", je le cite. D'abord vivre avec Jésus et témoigner avec joie de son amour; être des témoins qui connaissent :

  • la joie de la gratuité
  • la joie de vivre l'acte présent
  • la joie de l'authenticité

Je ne reviens pas sur les ateliers qui nous ont fait connaître des expériences différentes. Mais je voudrais conclure par ce paradoxe que j'ai vécu pendant ces trois jours forts: nous avions vraiment l'impression d'appartenir à une communauté qui a célébré dans la joie et la prière, qui a chanté, prié, regardé un beau spectacle : on était dans un certain confort entre nous et le kérygme exige que nous sortions de cette zone de confort pour ANNONCER.

Et cela commence maintenant....

Pascale Delevallée

Article publié par Service communication • Publié le Mardi 24 octobre 2023 • 1151 visites

keyboard_arrow_up