“Pour une Église synodale : communion, participation et mission”

Dossier "Grand Angle" paru dans le numéro d’Église de Cambrai de novembre 2021

L'Église de Dieu est convoquée en Synode. Avec cette convocation, le pape François invite toute l'Église à s'interroger sur la synodalité : un thème décisif pour la vie et la mission de l'Église.

Qu’est-ce qu’un Synode ?

Dans le christianisme, un synode est une assemblée délibérative d'ecclésiastiques. Ce mot recouvre des réalités différentes dans les principales confessions.

L'étymologie du mot « synode » reste discutée. L'interprétation la plus fréquente aujourd'hui est sun-odos, c’est-à-dire « route ensemble » ou « voyage en compagnie », du grec ancien hodos, qui signifie « chemin » ou « route ». Une autre option est le mot grec sunodos composé de suv, qui signifie « ensemble », et de odos provenant du dialecte attique, qui signifie « seuil de la maison ». Le mot « synode » désigne alors littéralement le fait de franchir le même seuil, de demeurer ensemble. Dans les deux cas, la signification est un rassemblement, une réunion.

Depuis le concile de Vatican 2, les papes successifs ont pris l'habitude de convoquer des représentants des évêques en "synode" afin d'échanger avec eux sur des questions théologiques ou pastorales.

 

Lexique :

Synode des évêques : les synodes romains (Synode des évêques créé par le motu proprio Apostolica sollicitudo du pape Paul VI le 15 septembre 1965 à l’issue du concile Vatican II) rassemblent des évêques convoqués par le Pape.

À ne pas confondre avec les synodes diocésains qui sont convoqués par l’évêque dans son diocèse.

Synodalité : C’est la manière dont l’Église fait participer ses différents membres à l’ensemble de sa vie et de sa mission.

Instrumentum Laboris : Nom du document, émis par le Vatican, dans lequel est publiée la synthèse des réponses au questionnaire du document préparatoire.

 

Qu’est-ce que le Synode des évêques sur la synodalité qui se tient de 2021 à 2023 ?

Initialement prévue en 2022, la XVIème Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques s’ouvre en octobre 2021 sur le thème : “Pour une Église synodale : communion, participation et mission”. Le pape François parle d’ «Un synode à l’échelle mondiale pour ensemble s'interroger sur la synodalité : un thème décisif pour la vie et la mission de l'Église. »

Le peuple de Dieu est donc invité à « s’interroger sur la synodalité », autrement dit regarder comment aujourd’hui les catholiques, entre eux et dans leur rapport au monde, ensemble, s’écoutent, réfléchissent, prient, prennent des décisions, agissent ; et aussi regarder comment améliorer cet « être ensemble » et le « faire ensemble ».

Un temps d’écoute, de dialogue et de discernement que l’Église tout entière entend mener au cours des deux prochaines années afin de mieux répondre à sa mission d’annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ au monde entier. C’est un évènement important de l’Eglise locale et universelle, un évènement qui concerne tous les chrétiens fidèles laïcs, clercs et personnes consacrées.

 

Un synode en plusieurs étapes :

  • Octobre 2021 à avril 2022 : phase diocésaine

Samedi 9 et dimanche 10 octobre : Célébration d’ouverture du synode à Rome

17 et 18 octobre 2021 : lancement dans les diocèses de France

Avril 2022 : synthèse de la phase diocésaine

Septembre 2022 : Instrumentum Laboris 1

  • De septembre 2022 à mars 2023 : phases régionales et continentales

Mars 2023 : publication des documents finaux

Juin 2023 : Instrumentum Laboris 2

  • Octobre 2023 : phase finale

Octobre 2023 : publication du document final

 

C’est la phase diocésaine qui s’est ouverte dans notre diocèse, le dimanche 17 octobre avec la célébration d’ouverture.

Le synode sur la synodalité dans notre diocèse

A partir d’aujourd’hui et jusqu'à fin janvier 2022 nous sommes tous invité – laïcs et clercs- à participer au synode à partir de dix thèmes de réflexion proposés.

  1. Les compagnons de voyage
  2. Ecouter
  3. Prendre la parole
  4. Celebrer
  5. Coresponsable de la mission
  6. Dialoguer dans l’Eglise et dans la société
  7. Avec les autres confessions chrétiennes
  8. Autorité et participation
  9. Discerner et décider
  10. Se former à la synodalité

 

Nous vous invitons à ne choisir que l’un ou l’autre thème en fonction de vos centres d’intérêt ou ceux du groupe.

Le questionnaire est disponible en ligne : https://laics.cathocambrai.com/synode-2021-2023, dans la rubrique « participer au synode », et les réponses peuvent y être saisies directement

Votre participation peut aussi être envoyée par e-mail à
synode2021-2023@cathocambrai.com  ou par courrier : à Equipe synode, Myriam Segond – Maison du diocèse- -174 rue L.Dusart – 59590 RAISMES

Si travailler par thèmes et questions ne vous correspond pas ? des idées pour participer autrement dans la page "des outils alternatifs" vous sont proposées. Et si vous inventez d'autres manières de faire dans votre groupe, n’hésitez pas à les faire connaitre ! d'autres pourraient en profiter... 

 

Article écrit en collaboration avec l’équipe diocésaine en charge du synode.

 

Questions à Mgr Vincent Dollmann

-             Quel regard portez-vous sur les Synodes auxquels vous avez déjà participé ?

« Je n’ai jamais participé directement à une assemblée synodale, que ce soit au niveau d’une province comme ce fut le cas dans la nôtre autour de 2015 ou au niveau de l’Eglise universelle. J’ai, cependant, été témoin de deux synodes lors de mon ministère à Rome : sur l’Afrique en 2009 et sur le Moyen Orient en 2010. Ce fut l’occasion de belles rencontres avec des évêques, des prêtres et laïcs venus d’horizons très divers. Parmi les belles rencontres au séminaire français, je pense au Card. Christian Tumi, grande figure du Cameroun pour la promotion de l’évangélisation et de la justice sociale, à Mme Annie Laurent, universitaire française, experte au Synode sur le Moyen Orient, ou encore à M. Joseph Fadelle, issu d’une grande famille musulmane de Bagdad qui a rencontré le Christ durant son service militaire. Pour les travaux synodaux, le Pape Benoît XVI avait le souci d’établir des liens plus directs entre Rome et les Eglises locales. Il a ainsi inauguré le Synode sur l’Afrique à Yaoundé au Cameroun et a promulgué l’Exhortation sur le Moyen Orient à Beyrouth au Liban. La grande nouveauté avec le Pape François, c’est de susciter une participation de tous les membres du peuple de Dieu, les moyens de communication modernes facilitant largement ce travail. »

-             Tout le peuple de Dieu est invité à s’engager sur cette route synodale. Qu’attendez-vous des laïcs de notre diocèse ?

« A l’annonce du processus synodal, une équipe a été constituée pour l’initier dans notre diocèse et le mener à terme. Elle est constituée de Mme Myriam Segond, épouse et mère de famille, membre du conseil épiscopal et responsable des mouvements et associations d’Eglise, de M. Fabrice Gambier, époux et père de famille, diacre permanent, membre du bureau du conseil diocésain de la pastorale et du P. Bertrand Estienne, curé et secrétaire du bureau du conseil presbytéral. Ils ont établi un calendrier et un questionnaire à partir des documents officiels. Ce beau travail d’équipe devrait permettre à tous ceux qui le désirent, de vivre une expérience communautaire de synodalité et de proposer des pistes pour mieux porter au monde d’aujourd’hui le salut du Christ et d’en vivre. On peut penser que l’organisation est trop lourde et ne pourra pas rendre compte de la réalité des situations locales à travers les continents. Mais le fait que des chrétiens à travers le monde réfléchissent ensemble dans un climat fraternel, est déjà un formidable signe d’espérance pour toute l’humanité. »

-             Quelles incidences ce Synode 2021-2023 peut-il avoir localement ?

« Au niveau institutionnel, c’est le moment de faire le point sur les organismes de communion que sont les différents conseils : de l’équipe d’animation des paroisses au conseil épiscopal en passant par le conseil presbytéral et le conseil diocésain de la pastorale, et toutes les autres instances. Il s’agit de les relancer dans le dynamisme missionnaire que le dernier Synode provincial de Lille, Arras et Cambrai a cherché à insuffler. En lien avec les Synodes romains sur la famille et sur les jeunes, il a su notamment encourager nos diocèses à organiser davantage les activités en lien avec les familles et les jeunes. Au niveau spirituel, le thème de la synodalité permet d’approfondir le sens de la dignité et de la mission du baptisé. Le baptême donne part à la dignité de Jésus, le Fils de Dieu, dignité qui est commune à tous les membres de l’Eglise, qu’il soit petit enfant ou pape. Il introduit à une relation de connaissance et d’amour avec le Dieu Père, Fils et Esprit-Saint dont chaque baptisé est appelé à témoigner personnellement et communautairement. Plus nous approfondirons le don reçu au baptême, par l’action de grâce et l’écoute de la Parole de Dieu, plus nous pourrons « faire synode », marcher sur la même route à la suite du Christ et marcher ensemble, laïcs et prêtres, hommes et femmes, jeunes et aînés. »

 

PROPOS RECUEILLIS PAR SAMUEL PETIT

Article publié par Service communication • Publié le Jeudi 17 mars 2022 - 12h25 • 778 visites

keyboard_arrow_up