La Semaine Missionnaire Mondiale

Dossier "Grand Angle" paru dans le numéro d’Église de Cambrai d'octobre 2021

L’Église catholique de France célèbre chaque année une semaine missionnaire mondiale. En 2021, elle se conclut le dimanche 24 octobre, date retenue pour la « Journée missionnaire mondiale » fêtée par toutes les Églises du monde !

En France, depuis plus d’une trentaine d’années, cette journée est devenue une semaine pour donner plus de visibilité aux activités missionnaires dans les diocèses et permettre aux paroisses de vivre cette semaine autour de multiples activités.

Le thème retenu cette année (voir affiche en dernière de couverture) est

« Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » (Ac 4, 20).

Chaque année, à l’occasion de la semaine missionnaire mondiale, le Pape publie un texte de réflexion que vous pouvez retrouver sur ce lien : https://www.opm-france.org/journee-mondiale-missions-2021/

Des laïcs engagés en pays de mission

C’est Pauline Jaricot (1799-1862) qui, dès l’âge de 17 ans, s’associe avec de jeunes ouvrières des usines de son père pour travailler à l’Évangélisation par la prière et la mission. Elle met au point un ingénieux système participatif de récolte de fonds (200 ans avant le crowfunding !) : elle crée une chaîne de dix personnes qui mettent un sou par semaine pour les missions, ces 10 personnes en recrutent 10 nouvelles, et ainsi de suite, jusqu’à amasser des sommes considérables pour l’époque. Le phénomène s’étend dans toute l’Europe et finit par attirer l’attention du Pape qui, le 3 mai 1922, crée l’œuvre de la Propagation de la Foi.

La première journée missionnaire mondiale… en 1926

Le pape Pie XI crée la Journée missionnaire mondiale en 1926 afin de célébrer « la catholicité et la solidarité universelle ». Il ne fait en fait que reprendre l’intuition initiale de Pauline Jaricot dont le slogan de collecte était :

« de la part de tous, selon les possibilités ; à tous, selon les nécessités ! »

Et aujourd’hui ?

« Célébrer la Journée missionnaire mondiale signifie aussi réaffirmer comment la prière, la réflexion et l’aide matérielle de vos offrandes sont des opportunités permettant de participer activement à la mission de Jésus dans son Église.

 

La charité, exprimée dans les collectes des célébrations liturgiques du troisième dimanche d’octobre, a pour objectif de soutenir le travail missionnaire accompli au nom du Pape par les Œuvres Pontificales Missionnaires, pour répondre aux nécessités spirituelles et matérielles des peuples et des Églises dans le monde entier, pour le salut de tous ». (Pape François)

 

Témoins du Christ, parlons de lui et agissons en son nom !

Chrétiens, nous sommes témoins par ce que nous disons sur le Christ, le « témoin fidèle » (Ap 1, 5 ; 3, 14 ; Col 1, 24), comme par ce que nous faisons.

Le pape François nous invite à vivre avec tous « la gratuité fraternelle » (Fratelli tutti, n°140), car le Dieu manifesté en Jésus-Christ « donne gratuitement au point d’aider même ceux qui ne sont pas fidèles » (Fratelli tutti, n°140). Nous sommes invités à témoigner du Seigneur Jésus, l’amour de Dieu manifesté dans notre monde (Mt 5, 45 ; 10, 8). Donnons donc à l’Église les moyens de continuer, partout, à proposer gratuitement le Christ à tous les êtres humains. 

 

Des outils et des moyens à notre disposition

Un livret d’animation

À commander ou à télécharger sur le site : https://www.opm-france.org/semaine-missionnaire-mondiale-17-24-octobre-2021/

Pour les enfants missionnaires, un jeu sous forme d’une grande enquête à mener  pour prendre conscience qu’à la suite des premiers chrétiens, nous sommes des témoins de l’Amour de Dieu. À télécharger ou à feuilleter sur https://fr.calameo.com/books/006575609291011226a53

 

Une chanson officielle de la Semaine missionnaire en France !

Retrouvez  le clip sur ce lien : https://youtu.be/RZfSNIY1tbQ

Dans le diocèse :

Comme tous les ans, une journée de prière continue pour la Mission se déroulera dans le diocèse le vendredi 15 octobre 2021, jour de la Sainte Thérèse d'Avila.

 

Témoignages de Mélanie et Joseph qui sont rentrés du Togo après une mission de solidarité auprès des enfants orphelins de l’association « Vivre dans l’Espérance »

Mélanie est professeur de mathématiques et Joseph est mécanicien automobile, mariés et parents d’un petit garçon d’1 mois et demi.

Leur histoire commune a commencé lorsque Mélanie est partie à Dapaong au Togo, pour une mission de solidarité pendant l’année scolaire 2017-2018. Elle a travaillé auprès des enfants orphelins de l’association « Vivre dans l’Espérance ». Une année riche de service, de joie, de don de soi, d’amour, de partage. Elle y rencontra Joseph qui était éducateur dans cette association. Ils cheminèrent ensemble vers le mariage.

Ils se sont fiancés et mariés civilement au Togo deux ans après leur rencontre et attendaient l’arrivée de Joseph en France pour le mariage religieux et la vie commune. Toutes les démarches administratives ne furent pas de tout repos, mais le Seigneur a toujours guidé toutes choses et Joseph est arrivé en France fin janvier 2020.

La mission de chacun était bien claire au Togo mais peut-être un peu moins en France.

Cependant, ils ont ressenti qu’une de leurs missions, en tant que couple, est de prier. Prier pour le monde, prier pour les différentes associations et missionnaires à travers le monde, prier pour les malades, pour ceux qui leur confient des intentions et prier pour leur couple, leurs projets, leurs familles.

« Nous avons vu l’action du Seigneur au quotidien, depuis notre cheminement ensemble. Nous ne croyons pas au hasard, mais à la force de la prière et à la Providence :

- Le Seigneur nous a permis d’être réunis en janvier 2020 avant le confinement et que la circulation aérienne fût interrompue.

- Nous avions programmé notre mariage le 9 mai 2020, mais le déconfinement n’a été déclaré que le 11 mai. Nous ne pouvions donc pas nous marier à la date prévue et avec toute notre famille. Le mariage s’est fait dans l’intimité ne comptant que 10 personnes, mais pour nous l’engagement devant Dieu prenait tout son sens.

- Joseph a eu la grâce de trouver un travail rapidement puis a désiré se reconvertir et s’orienter vers un métier manuel. Dieu a guidé toutes choses en lui permettant de réaliser une formation.

- Nous avons eu également la grâce d’accueillir le 13 août de cette année notre fils Jean.

Mélanie et Joseph sont aussi engagés dans le groupe de prière du Buisson ardent, participent à la vie de leur paroisse et aident l’association « Vivre dans l’Espérance » par leur témoignage et différentes actions.

 

 

Article publié par Service communication • Publié le Jeudi 17 mars 2022 - 12h22 • 524 visites

keyboard_arrow_up